Commencement / Découvrez Palencia / Fêtes

Découvrez Palencia

Compartir enlaces
Fêtes

1132139911428_paloteo_danza_popular.jpg Quand la vie au travail est dure, il faut la compenser avec des célébrations liées au développement des tâches. Mais nous avons hérité un grand nombre de fêtes qui essayent de favoriser des bonnes semailles, célébrer des récoltes réalisées, rendre hommage au patron qui protégera le village et ses habitants de tous les maux, rappeler des événements religieux ou les contrecarrer avec des versions païennes plus ou moins dissimulées. Le résultat est un calendrier de fêtes qui se succède presque sans interruption tout au long de l'année avec des actes des plus bigarrés.  Il y a des fêtes éminemment à caractère gastronomique, comme la Paella d'Olleros de Pisuerga, le Jour du crabe d'Herrera de Pisuerga, ou les limonades qui sont élaborées avec du vin des villages de Tierra de Campos. Récréations de paysages évangéliques, outre les processions de Semaine sainte, ils inspirent les pasteurs de Noël de Terradillo des Templiers, la fête religieuse des Rois mages à Paredes de Nava, ou le Baptême de l'Enfant au son des Chants de Noël traditionnels  "Ea", à la capitale. Un caractère plus civil possède la représentation de l'Entrée de Napoléon à Autilla del Pino à la Huitième de la Fête-Dieu et la parodie des Maures et des Chrétiens à Dueñas pendant les fêtes païennes du mois d'août. À Villarramiel ont lieu les lâchages de taureaux dans les rues des fêtes de Saint Bartolomé, où les chevaux acquièrent un grand protagonisme, et il est rare de voir un village qui n'est pas au moins une fête patronale qui réalise une sortie en procession au Saint ou à la Vierge, où résonnent les sons de la dulzaina (hautbois traditionnel espagnol), le tambourin, la guitare, la tejoleta (castagnettes) et la bouteille d'anis, et où les jeunes hommes et les jeunes filles ont l'occasion danser, de draguer et ouvrir une agréable parenthèse dans leur vie quotidienne.

1131005390548_fiestas_2.jpg La tenue traditionnelle est issue des habits que l´on portait au XVIIIe siècle, avec certains éléments médiévaux et de la renaissance. Chemise blanche, gilet et chapeau marron et une ceinture rouge pour les hommes. Pour les femmes, un corsage de velours noir, une jupe en étoffe rouge, jaune ou verte, un tablier noir, une combinaison et des bas blancs. Les habits les plus riches portaient des broderies avec jais sur la jupe et le tablier, et comme concession royale, les femmes de la capitale pouvaient porter croisée sur la robe une bande dorée en souvenir de la défense héroïque de la ville qu´elles réalisèrent face aux troupes du Duc de Lancaster en absence des hommes. Ces éléments ont subi des changements selon la localité et l´occasion (ce n´est pas la même chose la tenue de soirée que celle au travail) ; mais le changement est radical quand nous évoquons des danseurs présents dans un grand nombre de fêtes locales et patronales. Ce sont alors les hommes qui s´habillent avec des costumes blancs, avec des jupes et des combinaisons amidonnées et une profusion de rubans de couleurs pour réaliser les danses typiques en honneur du protecteur ou de la protectrice du village, telle la Danza de la Pata et el Recuadro en la Vega de Saldaña, le Baile de la Cobata en Baltanás, la Jota de Cisneros ou la Redondilla de Frechilla, dont les origines proviennent même de l´époque celtibère.

Servicio de Turismo - Diputación de Palencia. Calle Mayor, 31 34001. Palencia. Telf: 979 70 65 23